Affaires Bridey : nouvelle enquête du PNF sur un ex-socialiste et marcheur de la première heure

Affaires Bridey : nouvelle enquête du PNF sur un ex-socialiste et marcheur de la première heure© Geoffroy Van Der Hasselt Source: AFP
Jean-Jacques Bridey à un meeting de la République en marche à Aubervilliers lors de la campagne électorale d'Emmanuel Macron, mai 2017 (image d'illustration).

L'étau se resserre autour de l'ancien socialiste qui avait très tôt rallié le camp du candidat Macron pour la présidentielle 2017. Devenu député LREM, Jean-Jacques Bridey pourrait toutefois devoir répondre devant la justice de son passé socialiste.

Selon les informations du journal Le Monde publié le 25 septembre, une enquête préliminaire du parquet national financier vise Jean-Jacques Bridey, député du Val-de-Marne, un ancien socialiste qui compte parmi les premiers soutiens politiques du candidat Emmanuel Macron.

Cette investigation se concentre sur de possibles détournements de fonds publics concernant un usage illicite des indemnités représentatives de frais de mandat (IRFM) en tant que député de 2012 à 2017. En l'espèce, Jean-Jacques Bridey est soupçonné d'avoir détourné jusqu'à 60 000 euros d'argent public. Ces sommes lui auraient permis, toujours selon les informations du quotidien vespéral, de financer des dépenses personnelles et de payer des cotisations à un parti politique. Ces pratiques sont pourtant  expressément interdites par l’Assemblée nationale. Durant cette période, l’élu aurait également signé au moins un chèque de plusieurs milliers d’euros au profit d’un membre de sa famille.

Parallèlement à cette procédure, une autre enquête, menée par le parquet de Créteil cette fois, vise le député marcheur du Val-de-Marne pour une possible perception de sommes d'argent indues par un agent public. En clair, la justice soupçonne Jean-Jacques Bridey d’avoir cumulé plusieurs indemnités d’élu (député, maire et président d’agglomération) au-delà des plafonds autorisés par la loi. Selon les informations de Mediapart, cette infraction se chiffrerait à 100 000 euros.

Politiquement, il s'agit d'un nouveau coup porté à cet élu : le 17 septembre, Mediapart avait déjà affirmé que Jean-Jacques Bridey était soupçonné d'avoir fait rembourser, lorsqu'il était maire socialiste, des notes de frais de restaurant à la fois par l'Assemblée et la société qu'il présidait. Le député aurait ainsi perçu «un double remboursement de certaines de ses notes de frais au restaurant», en 2016 et 2017, pour un montant total de 4 807,70 euros, selon les informations du média en ligne.

Lire aussi : Jean-Jacques Bridey, député LREM, serait visé par une enquête pour concussion

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»